martes, 12 de septiembre de 2017

Le stéréoscope. Le ciné de notre enfance (autour des années 50) - Lucie Santamaria. Enseignante retraitée


Le stéréoscope
Le ciné de notre enfance (autour des années 50)  

Lucie Santamaria
Enseignante retraitée




 Les dimanches après-midi pluvieux où nous ne pouvions pas aller promener, Grand Père nous disait:
 - Attendez les enfants. Je vais vous prêter le stéréoscope... Vous allez voir de belles images!


 C'était son cinéma à lui... qu'il rangeait soigneusement dans l'armoire à linge, bien haut pour que personne n'y touche... sauf lui!
 Il revenait de sa chambre en tenant soigneusement sur son coeur, une sorte de petite caisse couverte de vitres, de boutons de bois, flanquée de deux gros yeux sur le devant.

Grand Père et son stéréoscope

 On s'asseyait alors à la table de la salle à manger. Il fallait nous mettre un coussin sous les fesses pour que nos yeux soient à la hauteur des oculaires et puissent plonger dans la boîte magique.
 Comme mon petit frère gardait trop longtemps la boîte pour lui tout seul, Grand Mère arrivait avec son gros réveil de cuisine et disait:
- 5 minutes à chacun et après, hop, au suivant!


 Ma petite soeur s'impatientait toujours.
 Mais quand c'était son tour de regarder par les gros yeux de la boîte, elle se fatiguait vite... Il faut dire que les images n'étaient pas trop de son âge: des villes, des montagnes enneigées, les Alpes, l'aiguille du Midi, le cirque de Gavarni... des usines à sardines en Bretagne avec des bateaux au loin et des femmes sur le quai occupées à nettoyer les poissons.
 Et puis elle disait que ça lui donnait envie de vomir...
 C'est que ces images, si on les regardait trop longtemps, vous faisaient tourner la tête!
 Le stéréoscope de Grand Père était vieux et l'axe des photos avait subi un léger dérèglement...
 Mais quelle impression quand on découvrait le relief, la réalité d'un paysage! Il semblait qu'on entrait réellement dans la photo comme acteur, qu'on faisait partie de ce groupe de marcheurs en guêtres et chaussures cloutées qui gravissaient le pic du Midi...
 Un relief à vous couper le souffle!
 Des profondeurs à vous donner le vertige.
 Quand on s'éloignait des oculaires pour se retrouver à la table avec les autres on avait un instant d'adaptation tant les images étaient "vraies".

 Et quand on ouvrait cette boîte ?
 Les photos allaient par deux sur une même plaque (verre ou carton)
 À première vue c'est la même photo. En réalité il s'agit de deux images légèrement différentes provenant de chaque oeil.


Il est vraiment difficile de voir la différence entre les deux photos.
Le décalage entre les deux se voit sur les bords droit et gauche

 Le stéréoscope que ma légué mon grand père contient entr'autres, une série de photos de l'exposition Universelle de Paris: année 1878, peintes à la main... et pour simuler les lumières les photos sur papier ont été percées de minuscules trous qui laissent passer la lumière grace à un subtil jeu de glaces et de feuilles d'étain à l'intérieur du stéréoscope.
 (Je ne peux les montrer car il faudrait que je démonte le fragile système qui soutient les photos)


Une nouvelle génération de stéréoscopes. Années 50



 
 Plus tard sont arrivés les stéreoscopes "de poche", légers, en carton, avec leurs boites de "diapos".
 La photo toujours double était enveloppée dans une feuille de cellophane dur et on la glissait dans une fente sur le sommet de la boîte.
 Ils étaient plus maniables que l'énorme boite de mon Grand Père!
 Les sujets proposés étaient plus nombreux et variés.
 En dehors de la géographie on disposait de séries concernant les animaux, les évènements politiques importants, les monuments dans le monde, les grandes découvertes etc...
 J'adorais spécialement une série de photos concernant le fameux jamborée de la paix qui avait eu lieu en 1947 après la seconde guerre mondiale. Une rencontre des scouts du monde entier
.

Le jamboree mondial de 1947, connu sous le nom de jamboree de la paix, est un jamboree scout qui s'est tenu du 9 au 20 août 1947 à Moisson (Yvelines) (Wikipedia)

On y voyait tant de gens différents qui défilaient vêtus des costumes de leur pays...
 Cela me faisait voyager depuis ma petite boîte en carton... et j'aurais bien aimé être avec eux... 
 
Un peu de théorie

 La stéréoscopie (du grec stéréo-: solide, -scope: vision) est l'ensemble des techniques mises en œuvre pour reproduire une perception du relief à partir de deux images planes.
 La désignation récente «film en 3D» est employée par anglicisme et par méconnaissance de la terminologie correcte: film stéréoscopique ou film en stéréoscopie.
 La stéréoscopie est née juste avant la photographie (le stéréoscope de Charles Wheatstone a été publié quelques mois avant les travaux de Louis Daguerre et de William Henry Fox Talbot), bien que des traces plus anciennes dans des interrogations et expérimentations picturales soient trouvées. Ainsi, la collection Jean-Baptiste Wicar du Palais des Beaux-Arts de Lille conserve deux dessins distinguant les visions d'un même sujet pour chaque œil, exécutés par Jacopo Chimenti, peintre de l'école florentine (1554 - 1640). Un couple de dessins en stéréo du XIIIe siècle a même été retrouvé dans une bibliothèque à Oxford (Gérard Fieffé, Bulletin du Stéréo-Club Français, no 673, octobre 1983). La Joconde a été peinte en relief, d'une part par Leonard de Vinci (version du Louvre), d'autre part par un de ses assistants qui se trouvait à sa droite et un peu en arrière (version du Prado). En examinant avec un stéréoscope approprié les reproductions de chacun des deux côte à côte, on voit bien la Joconde en relief, avec un paysage plat, ce qui montrerait que le paysage qui sert de fond n'était qu'un mur peint.
 La stéréoscopie se base sur le fait que la perception humaine du relief se forme dans le cerveau lorsqu'il reconstitue une seule image à partir de la perception des deux images planes et différentes provenant de chaque œil.
(Article Wikipedia
)

Shéma trouvé dans images de Google

 Voilà maintenant un exemple d' appareil qui permettait ces deux prises de vue différentes d'un même objet.

Kodak Stereo Box Brownie. 1906. The Eastman Kodak
Photo Google images

 Des appareils stéréoscopiques de tous types ont été construits dès les années 1840 et jusqu'à nos jours: ils sont composés de deux chambres photographiques complètes, couplées et synchronisées, produisant des photographies stéréoscopiques de toutes générations: daguerréotypes, cartes stéréoscopiques, couples stéréoscopiques sur papier, plaques diapositives ou film souple. Depuis le début des années 2000, il existe des appareils de prise de vue numérique adaptés ou spécialement construits pour la stéréoscopie rebaptisée "3D relief".
(Wikipédia: Appareil photographique)


Grand père ne le savait pas...
mais son stéréoscope était très moderne
et d'avant garde !
Il nous permettait d'entrer déjà en pleine 3 D!

Image de openclassrooms.com


Publicar un comentario