lunes, 3 de octubre de 2016

Le Ciné de ma jeunesse - Recuerdos de Cine - Lucie Santamaria - Enseignant à la retraite - Jubilada de la enseñanza - France



Le Ciné de ma jeunesse
Recuerdos de Cine
Lucie Santamaria
Enseignant à la retraite - Jubilada de la enseñanza
France



  

Eddy Mitchell: "La dernière séance" (Pierre Papadiamandis / Claude Moine)
LP. Barclay. 1977




 Quand j'allais au ciné dans les années 55-56...
 Les années où nous avions 14, 15, 16 ans...
 Parfois on n'avait pas le droit de voir un film  à cause de sa violence. 
 -«Interdit aux moins de 16 ans»

 Alors on trichait un peu et on se vieillissait aidés par les ainés qui, en achetant les billets au guichet, affirmaient haut et fort que nous avions dépassé les 16 ans!
 Nous allions le plus souvent aux séances du Dimanche après-midi . Ce qui nous permettait, à la sortie, de passer un moment encore avec les copains pour discuter sur ce que nous venions de voir.
 Ensuite on regagnait sa maison pour la plupart, son pensionnat pour d'autres, les yeux remplis de voyages, de nouvelles de France et d'ailleurs, de publicités et du Grand film!

 Car c'était tout cela le ciné d'avant, quatre grands moments de spectacle. Le tout durait  deux heures et parfois plus.
 Le Grand film se faisait désirer!
 Ce n'est pas comme de nos jours où on rentre directement dans le film, juste après l'annonce des prochains films.

 Il y avait une première partie avec son Documentaire d'au moins 20 minutes.
 Suivaient  les Actualités de la France et du monde, puis des Spots Publicitaires
 Ensuite venait l’entracte. 

 Un rideau prenait place sur l'écran et pendant un bon quart d'heure nous pouvions lire et regarder les publicités fixes, souvent plus locales, où l'on retrouvait l'épicerie fine de la ville, la plus grande quincaillerie, les Assurances, la pile Wonder, des garagistes, etc...

 L'entracte tant attendue par les enfants avec son manège d'ouvreuses et leur panier plat tenu par une grande écharpe... qui proposaient bonbons, caramels, esquimaux, chocolats...

 Les hommes sortaient pour fumer et prendre une collation au bar, dans le hall d'entrée.
 Les mamans et les enfants... suçotaient un chocolat glacé.



Eddy Mitchell: "La dernière séance" (Pierre Papadiamandis / Claude Moine)
"Musique Originale de La dernière séance"
Single. Barclay. 1982


Eddy Mitchell nous chante ces merveilleux moments.


Quelques secondes avant que la deuxième partie ne commence, une sonnerie stridente annonçait à ceux qui étaient au bar qu'il fallait revenir et s'asseoir. L’entracte était terminée. Le film allait commencer.
 L'obscurité se faisait totale, les retardataires devaient retrouver leur place dans le noir car cette fois l'ouvreuse ne vous accompagnait pas avec sa petite lampe. 

 Là, on se calait au fond de son siège, on disait «chut» à ceux qui bavardaient encore et...le rideau se levait pour le grand film.


Le Documentaire

 J'ai pris comme exemple un magnifique reportage sur Alain Bombard, naufragé volontaire qui nous avait remplis d'admiration !

 Alain Bombard
 Médecin et biologiste, il est connu pour sa traversée en solitaire de l'océan Atlantique, en 65 jours, à bord d'un canot pneumatique en 1952. Son expérience lui a permis d'énoncer différentes règles de survie en mer. De son vivant, son patronyme est devenu un nom commun, le «Bombard» qui désigne un canot pneumatique de survie auto-gonflable et insubmersible qui équipe les navires du monde entier. 


Alain Bombard


Alain Bombard. "Naufragé volontaire"


Il y avait aussi entr'autres les films de Albert Mahuzier. un aventurier, cinéaste, écrivain de ses aventures et conférencier français.  


Albert Mahuzier. Les Mahuzier en Australie. 1954




 Les Actualités Françaises

 C'étaient  des sujets très courts, d'une durée moyenne de 40 secondes. S'y ajoutaient des sujets moins directement informatifs, plus spectaculaires, sur la mode, le sport, la culture.
 À l'édition nationale des «Actualités Françaises» s'ajoutait une édition régionale, une édition pour l'étranger ainsi que des films documentaires.
 Les informations, outre la politique intérieure française rendaient compte, à cette époque de nos 16 ans,  
1. de la construction de l'Europe; 
2. de la guerre d'Indochine; 
3. des colonies françaises. 



"Les Actualités Françaises du 15 juillet 1954"


 Il faut penser que nous n'avions pas la télé  et mis à part les journaux et la radio c'était pour nous la seule façon de voir, d'être informés sur ce qui se passait dans le monde.
 Le présentateur avait une voix nasillarde...




Le moment publicitaire

 Pour moi qui adorais le dessin, les affiches, les «images», un moment magique. Je me permets de présenter quelques publicités de mon époque.
 Je découpais dans les Reader's Digest de mon père tout ce qui était publicité et je collais cela dans un cahier. Ces documents ont vieilli... jauni un peu ! 

 Alors quand je retrouvais mes pubs au Ciné, s'animer sur l'écran... quel bonheur !



Jean Mineur (1902-1985)
Pionnier de la publicité et du cinéma publicitaire en France. Son agence de publicité est symbolisée par le célèbre personnage du «Petit Mineur»


Jean Mineur on peut dire le papa de la publicité.

Info trouvée sur le web:
 Un jeune publicitaire, Jean Mineur, propose dans les années 1930 de tourner pour des entreprises des petits films de promotion. En 1952, il gère l’entracte d’un millier de salles en France. Trois ans auparavant, il est à l’origine du «message sans doute le mieux mémorisé du cinéma en France» d’après la revue Le film français…: un numéro de téléphone «Balzac 00.01». Dès son obtention par les PTT raconte Jean Mineur, «j’ai fait dessiner un nouveau générique, avec mon mineur et mon beau numéro de téléphone. J’ai fait enregistrer la finale par un speaker en lui demandant de bien détacher les chiffres. Zéro… zéro… Zéro… un! Un triomphe! En quelques semaines, tout le monde connaissant mon téléphone» 



Jean Mineur. Publicité "Balzac 00.01"


Jean Mineur. Publicité. "Balzac 00.01". 1960



PUBS



Ripolin. Peinture Laquée


Culotte "Petite Bateau"


Bourjois. Soir de Paris. Parfums. Paris


Image de ma collection privée. L. Santamaria.



BIC. Le Bic-mystère avec "encre à réaction"
Du courrier de Chalet-Les-Monts

Image de ma collection privée. L. Santamaria


Pick-up Teppaz. Lyon
J'apporte la joie!


Image de ma collection privée. L.Santamaria.


Le Petit Echo de la Mode


Image du web.


 Journal adoré par les mères de famille qui suivaient ainsi la Mode Parisienne et par les enfants qui trouvaient une bande dessinée au dos du journal.


Malex Club bas voltage. Projections avec mon Malex insonorisé


Image de ma collection privée. L.Santamaria.


Pubs filmées comme Omo, Tide, Persil, grandes marques de lessives, dentifrices, etc...


Publicités Ciné Années 1950-1960



 L’entracte tel que je le revoie dans ma mémoire... (AR)




Ciné
L'entr'acte: "Bonbons, caramels, esquimaux, chocolats!"
Dessin de Lucie Santamaria


Miko. Le bon chocolat glacé


Bonbons Caramels Annie Cordy


Rideau publicitaire du cinéma l’Eden de Saint-Cast




*****



Le grand film



 Films inoubliables




"Le Ballon Rouge" (1956). Albert Lamorisse



"War & Peace" ("Guerre et Paix") (1956). King Vidor
D'après le roman "Война и мир". Лев Николаевич Толстой 



"Lust for Life" ("La vie passionnée de Vincent van Gogh") (1956). Vincente Minnelli




"Jeux interdits" (1952). René Clément


"Jeux interdits" (1952). René Clément
Georges Poujouly (Michel Dollé) et Brigitte Fossey (Paulette)




Publicar un comentario