jueves, 8 de mayo de 2014

“JEAN VIGO: OEUVRE DE CINÉMA” DE FRANÇOIS TRUFFAUT. LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE. LHERMINIER.





JEAN VIGO: OEUVRE DE CINÉMA”. FRANÇOIS TRUFFAUT

 LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE. LHERMINIER. CAHOR. 1985



 Quel aura été le secret de Jean Vigo? Il est probable qu’il vivait plus intensément que la moyenne des gens. Le travail de cinéma est ingrat par son morcellement. On enregistre cinq à seize secondes de film, puis on s’arrête pendant une heure. On ne trouve guère sur un plateau de cinéma les opportunités de s’echauffer que connaissaient devant leur table de travail certains écrivains dont Henry Miller est un bon exemple. À la vingtième page, une espèce de fièvre les prend, les emporte et ça devient formidable, sublime peut-être.





Il semble que Jean Vigo travaillait continûment comme ça, et sans jamais perdre de sa lucidité. On sait qu’il était déjà malade en tournant ses deux films (...) Alors l’idée s’impose naturellement d’une sorte d’état de fièvre dans lequel il se trouvait en tournant (...)





À l’un de ses amis qui lui consellait de se ménager, de s’économiser, Vigo, répondit qu’il sentait que le temps lui manquait et qu’il devait tout donner tout de suite.





 (...) Derrière la caméra, il devait se trouver dans l’état de l’esprit dont parle Ingmar Bergman: “Il faut tourner chaque film comme si c’était le dernier



FRANÇOIS TRUFFAUTJEAN VIGO: OEUVRE DE CINÉMA” . LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE. LHERMINIER. CAHOR. 1985


Publicar un comentario