martes, 12 de diciembre de 2017

Johnny Hallyday en Alicante - Paco Huesca García. Director de Cinemateca de Alicante y Festival de Cine de Elx


Johnny Hallyday en Alicante  
Paco Huesca García
Director de Cinemateca de Alicante y Festival de Cine de Elx


"Cherchez l'Idole" (1964). Michel Boisrond
Johnny Hallyday chante

 Ha muerto Johnny Hallyday. El icono rockero francés. El Elvis europeo. Comenzó a triunfar en aquellos 60 tan fructíferos en cuanto a la música. Con su chupa de cuero, sus gafas negras, su tupé y sus caderas a lo Presley iba arrasando con sus canciones y sus conciertos. La gran leyenda del rock francés. Y en aquella Europa ye-ye cuando se casó con su primera mujer, la también cantante Sylvie Vartan, y fueron el matrimonio perfecto que inundaba las portadas de la revista musical Salut les copains

Mick Jagger, Johnny Hallyday & Sylvie Vartan
Salle Olympia. Paris. 1967

 Pero también en España fue portada de Mundo Joven, una revista financiada por el Opus Dei en donde se contaba con los periodistas musicales mas progres de la época. Cosas de España.

"Cherchez l'Idole" (1964). Michel Boisrond

 Johnny Hallyday también hizo cine en donde cantaba sus canciones. En 2009 apareció en una versión de "La pantera rosa". Aunque quizás su película mas conocida estrenada en España sea "Juventud alegre y loca" ("Cherchez l´idole") de 1964, dirigida por Michel Boisrond con estrellas francesas como Fernandel, Milène Demongeot, Dany Saval, Charles Aznavour, Eddy Mitchell, Jean Marais y la propia Sylvie Vartan y que estuvo distribuída en España por la propia Cifesa, distribuidora de cabecera del nacional catolicismo español.

"Cherchez l'Idole" (1964). Michel Boisrond
"Juventud alegre y loca". Cartel español. Cifesa

 Pero lo que me gustaría destacar es la estancia en Alicante en donde actuó en concierto en la sala de fiestas El Gallo Rojo de Miguel Masanet en El Campello durante un verano. Fue una actuación que se salía de las habituales de la programación de la sala. Recuerdo la cantidad de baffles apilados en los extremos del escenario y el gran volumen de la música. Lo curioso es que tuvo un telonero español y también rockero, Miguel Ríos, mucho antes de catapultarse con su "Himno a la alegría".

Johnny Hallyday & Paul McCartney
Salle Olympia. Paria. 1964

 Con su muerte, Francia y Europa pierden a uno de los cantantes solistas rockeros más importantes, y para unas generaciones un cantante que era básico como banda sonora de aquellos guateques sesenteros.
Au revoir, Johnny y que sigas cantando "Laura", por ejemplo.

Nota del administrador del Blog, Francisco Huertas Hernández: Hay una importante puntualización que hacerle a Paco Huesca. Según "Información": "El gran espectáculo yeyé alicantino fue el concierto de Johnny Halliday (marido entonces de una de las chicas yeyés más famosas, Sylvie Vartan) en la plaza de Toros (3-8-1967), organizado por el Gallo Rojo"
http://www.diarioinformacion.com/alicante/2016/11/28/alicante-yeye/1833363.html


domingo, 10 de diciembre de 2017

Les films de Johnny Hallyday - Francisco Huertas Hernández



Les films de Johnny Hallyday 
Francisco Huertas Hernández




"À tout casser" (1967). John Berry
Johnny Hallyday (Frankie)


  Johnny Hallyday (Jean-Philippe Léo Smet) (1943-2017) ha sido una de las más grandes estrellas del universo del rock and roll y de la cultura francesa, incluso si esto parece incompatible. Yo nací mientras sonaba la canción "Ma guitare" (Johnny Hallyday, Jil et Jan, Eddie Vartan), incluida en la película "D'où viens-tu Johnny?" (1963). Noël Howard.

"D'où viens-tu Johnny?" (1963). Noël Howard
Johnny Hallyday chante "Ma guitare"
Moi, Francisco Huertas Hernández, je suis né avec ce tube

 Johnny hizo muchas películas a lo largo de su carrera. Aquí ofrecemos una lista completa

1962 : Les Parisiennes de Michel Boisrond : Jean Allard. Avec Catherine Deneuve

1963 : D'où viens-tu Johnny? de Noël Howard : Johnny (mais pas Hallyday)


1967 : À tout casser de John Berry : Frankie


1969 : Le Spécialiste de Sergio Corbucci : Hud


1970 : Point de chute de Robert Hossein : Vlad, dit Le Roumain


1972 : L'Aventure c'est l'aventure, de Claude Lelouch : lui-même (mais mis en scène dans une situation fictive)


1980 : Le Jour se lève et les conneries commencent de Claude Mulot


1984 : Détective de Jean-Luc Godard : Jim Fox Warner


1985 : Conseil de famille de Costa-Gavras : le père


1987 : Terminus de Pierre-William Glenn : Manchot


1990 : Le Triangle de Fer (The Iron Triangle) d'Eric Weston : Jacques - (resté inédit dans les salles, le film ne connaît qu'une sortie confidentielle en vidéo-cassette)


1991 : La Gamine d'Hervé Palud : Frank Matrix


1999 : Pourquoi pas moi? de Stéphane Giusti : José


2000 : Love Me de Laëtitia Masson : Lennox


2002 : L'Homme du train de Patrice Leconte : Milan


2003 : Wanted de Brad Mirman : Marcel Burot


2004 : Les Rivières pourpres 2: les Anges de l'Apocalypse d'Olivier Dahan : l'ermite borgne


2005 : Quartier V.I.P. de Laurent Firode : Alex


2006 : Jean-Philippe de Laurent Tuel : il y incarne un Jean-Philippe Smet qui ne serait pas parvenu à devenir Johnny Hallyday


2009 : La Panthère rose 2 (The Pink Panther 2) de Harald Zwart : Laurence Millikin


2009 : Vengeance (復仇de Johnnie To : Francis Costello


2014 : Salaud, on t'aime de Claude Lelouch : Jacques Kaminsky


2017 : Rock'N'Roll de Guillaume Canet : lui-même


2017 : Chacun sa vie de Claude Lelouch : Johnny (dans une situation fictive)


Documentaires

1968 : Treize jours en France de Claude Lelouch et François Reichenbach : lui-même (apparition non crédité au générique)


1970 : 5 + 1 de Guy Job : documentaire consacré au show d'Hallyday au Palais des sports de Paris et à un concert des Rolling Stones en 1969


1972 : J'ai tout donné de François Reichenbach : documentaire consacré à Johnny Hallyday

2008 : Starko de Karl Zéro : film documentaire consacré à Nicolas Sarkozy, où apparaissent nombres de personnalités dans leurs propres rôles


Apparitions

1955 : Les Diaboliques de Henri-Georges Clouzot : Un élève (figuration - non crédité au générique)


1961 : Dossier 1413 d'Alfred Rode : lui-même


1964 : Cherchez l'idole de Michel Boisrond : lui-même


1968 : Les Poneyttes de Joël Le Moigne : lui-même - (resté inédit dans les salles)


1972 : Malpertuis, de Harry Kümel : un marin (figuration - apparition furtive non crédité au générique)


1977 : L'Animal de Claude Zidi : la vedette masculine (simple apparition)


1998 : Paparazzi d'Alain Berbérian : lui-même


2002 : Mischka de Jean-François Stévenin : lui-même


Autres

2011 : Titeuf, le film dessin animé de Zep : doublage voix d'un personnage qui lui ressemble étrangement (+ chant)


Compléments

L'automne 1967 est, pour le chanteur, l'occasion de plusieurs projets de cinéma qui tournent courts : Johnny commence le tournage du film Consortium de Joël Lemoine avec Eddie Constantine. Resté inachevé, il ne reste de ce projet inabouti qu'une chanson Les gars de ma bande (restée de surcroît inédite jusqu'en 1993). Il participe également au film Les Poneyttes du même Joël Lemoine, qui bien qu'achevé dans sa réalisation et projeté une unique fois à l'Olympia, n'est jamais diffusé dans les salles. Johnny, portant une perruque bouclée, y apparaît la peau et les cheveux couleurs or et chante Le mauvais rêve et Hit parade.

1969 : Johnny Hallyday interprète la chanson du film L'Or de MacKenna, western de Jack Lee Thompson, sur une musique de Quincy Jones.

En 1974, le réalisateur Claude Mulot tourne C'est jeune et ça sait tout ; pour le générique de fin, Johnny Hallyday enregistre Les grands enfants, chanson qui reste inédite jusqu'en 1993.

En 1983, Johnny Hallyday enregistre sur une musique de Philippe Sarde, musique du film de Robin Davis J'ai épousé une ombre, une chanson homonyme signée Jean-Loup Dabadie ; elle sort le 15 février en 45 tours.

La chanson Signes extérieurs de richesse donne son titre au film de Jacques Monnet Signes extérieurs de richesse, (dans les salles le 9 novembre). Éric Bouad et Johnny Hallyday composent la musique du film. Johnny chante, (outre Signes extérieurs de richesse), When you turn out the light ; la musique du film est diffusée en 45 tours le 24 octobre.

En 1984, la chanson Souvenirs, Souvenirs donne son titre à un film d'Ariel Zeitoun Souvenirs, Souvenirs. À l'automne, sort en 33 tours la BOF, on retrouve sur le disque cinq chansons de Johnny Hallyday.

En 2000 sort, le 23 février, la musique du film de Laetitia Masson Love me. La BOF diffusée sur le CD Love Me comprend la musique originale de John Cale et six titres d'Elvis Presley (dont un en duo avec Sandrine Kiberlain), repris en VO par Johnny Hallyday.

En 2001, le 3 avril, sort le CD BOF de 15 août. Johnny Hallyday chante Vous les femmes (pauvres diables), reprise du succès de Julio Iglesias. Le single précède le film de Patrick Alessandrin dans les salles le 18 avril.

En 2002, Johnny Hallyday chante la chanson titre du film d'Alexandre Arcady Entre chiens et loups. On peut également y entendre Un monde à part. Un CD BOF est mis en vente. Félix Gray est l'auteur de ces deux titres restés très confidentiels.

Télévision

1963 : Un coup dans l'aile de Claude Barma : lui-même

1989 : David Lansky, série d'Hervé Palud : commissaire David Lansky

2004 : Commissaire Moulin, épisode Kidnapping d'Yves Rénier : William Terrano.

2005 : L'homme qui voulait passer à la télé, téléfilm de Amar Arhab et Fabrice Michelin.

Compléments

1967 : Johnny Hallyday chante le générique du feuilleton télévisé Les Chevaliers du ciel.

1968 : le générique de la seconde saison de Les Chevaliers du ciel défile cette fois encore sur une chanson de Johnny Hallyday : Le ciel nous fait rêver. En avril le titre sort en 45 tours ; il précède la sortie, le 2 mai, de la BOF Les chevaliers du ciel.

1974 : Johnny chante le générique de la série Le soleil se lève à l'est (un 45 tours est commercialisé le 23 mai)

1983 : durant l'été, TF1 diffuse chaque samedi et dimanche une série d'émissions intitulées Souvenirs, Souvenirs, présentée par Johnny Hallyday, consacrée au rock des années 1950-60


sábado, 25 de noviembre de 2017

"El mundo entero" (2016). Julián Quintanilla - Mediometraje candidato a los Premios Goya 2017 - Nota de prensa


"El mundo entero" (2016). Julián Quintanilla
Mediometraje candidato a los Premios Goya 2017 
Nota de prensa


EL MUNDO ENTERO candidato a los GOYA en la categoría de cortometraje.

- Se adjunta nota de prensa en PDF -

'EL MUNDO ENTERO'
¡CANDIDATO A LOS GOYA!

29 premios nacionales e internacionales avalan la trayectoria
de este cortometraje, que incluye la cualificación para competir
en los Oscars de 2018, tras ganar el 1er premio
en el Festival Internacional de Cleveland (USA).


‘El mundo entero’, protagonizado por Loles León
y dirigido por Julián Quintanilla,
es uno de los 15 cortometrajes de ficción
seleccionados para competir en la categoría
de cortometrajes en la 32ª edición de los Premios Goya,
cuya gala se celebrará el 3 de febrero del 2018.
Los nominados serán anunciados el 13 de diciembre


En palabras del director:
"Nuestra peliculita es una fábula contra todas las fobias.
La Chary, el personaje que Loles interpreta,
transmite un claro mensaje de tolerancia
que nos parece importante - ahora más que nunca -
y por eso queremos que la vea… ¡el mundo entero!"



PARA MÁS INFORMACIÓN Y SOLICITUD DE ENTREVISTAS: 


Carlos Calero, jefe de prensa, móvil
 607.654.848

Link dossier de prensa:

Link fotografías:


Un fuerte abrazo y gracias a todos